26 novembre 2018

ASPHYXIER LA BOURSE, MAIS AUSSI S'EN PASSER

      La Bourse, cette vieille institution du capitalisme, que l’on a vu proliférer dans toutes ses phases libérales, a été installée lors des trente dernières années par les pouvoirs politiques, plus ou moins délibérément, au cœur du financement de l’économie : on y négocie des titres de propriété, des créances obligataires, l’immense archipel des produits dérivés, mais aussi des matières premières, des entreprises entières (par le jeu des offres publiques d’achat et d’échange) et les Bourses elles-mêmes,... [Lire la suite]
Posté par tony-andreani à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

PEUT-ON REFORMER LE CAPITALISME FINANCIARISE?

(ce texte, qui fait suite à mon article de 2008 sur la crise du capitalisme financiarisé, évoque les remèdes qui ont été proposés pour parer à une nouvelle crise. Il resterait à montrer qu'elles sont restées largement lettre morte)   Les remèdes proposés   Le diagnostic des experts sur le capitalisme financiarisé est souvent sévère. Une bonne partie de ce que j’ai pu dire est emprunté à des économistes qui ont travaillé au cœur des institutions gouvernementales. Mais la plupart considèrent que l’on ne peut revenir, à... [Lire la suite]
26 novembre 2018

LA CRISE DU CAPITALISME FINANCIARISE

  (Ce texte se propose de définir le capitalisme financiarisé et d'expliquer les raisons de sa crise. Ecrit aux lendemains de la grande crise de 2007-2008, il devrait être actualisé sur quelques points)   On compte plus d’une vingtaine de crises financières tout au long des trois dernières décennies. C’est là un rythme nouveau dans l’histoire du capitalisme, correspondant à l’essor sans précédent de la finance. La crise qui est en cours semble toutefois d’une gravité telle que de plus en plus d’économistes considèrent... [Lire la suite]
25 novembre 2018

RAPPORTS SOCIAUX ET RAPPORTS INTERINDIVIDUELS : UN POINT OBSCUR DE LA PENSEE MARXIENNE

    On sait la volonté de Marx de revenir aux individus concrets, vivants, réels, de chair et de sang, avec leurs besoins, leurs capacités, leurs joies, leurs souffrances, leurs révoltes. C'est pourtant le même Marx qui en fait la personnification de rapports sociaux, qui leur attribue un être et des intérêts de classe. Cette dualité du discours marxien a donné lieu à des lectures diamétralement opposées, telles que d'un côté celle du structuralisme althussérien, où le sujet concret disparaît derrière le porteur de... [Lire la suite]
24 novembre 2018

LE MARXISME EN FRANCE

  (Un tableau rapide datant de 2005. Conférence faite à Canton, Chine)   Vous m’avez demandé de vous parler des études marxistes en France, ce qui m’a bien embarrassé, car elles sont loin d’être florissantes. Aussi vais-je élargir un peu le sujet en vous disant aussi quelques mots sur les rapports au marxisme des partis politiques de gauche. J’aurais aimé évoquer aussi la place du marxisme dans l’opinion publique, mais nous ne disposons pas d’études sérieuses sur la question. Par ailleurs je dois vous dire que je ne suis... [Lire la suite]
Posté par tony-andreani à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 novembre 2018

DENOUER LES PARADOXES DE LA PROPRIETE D'ETAT

  La propriété d’Etat a été longtemps tenue pour synonyme de socialisme. On ne voyait pas comment la propriété commune pouvait être autre chose que la propriété d’Etat – en attendant le dépérissement de l’Etat, qui conduirait au communisme. Les fondateurs du marxisme avaient eu beau prendre leurs distances, on n’avait retenu que le programme, tout transitoire, du Manifeste. Quant à la social-démocratie moderne, elle lui avait aussi fait sa place dans son projet d’économie mixte. Aujourd’hui cette propriété d’Etat semble emportée... [Lire la suite]
Posté par tony-andreani à 18:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 novembre 2018

LES "MODELES" DE SOCIALISME

  Le socialisme ne fait plus recette. Mais le capitalisme non plus : face aux piètres performances du capitalisme néo-libéral, à la stupéfiante montée des inégalités qu’il a provoquée, tant au sein des pays qu’entre les pays, aux dégâts sociaux et environnementaux qu’il a engendrés, un puissant mouvement anti-capitaliste a pris son essor dans les dernières années. Mais ce mouvement ne sait pas où il va : il lui manque cruellement des perspectives, un horizon. Or les recherches sur le socialisme, si elles ont décliné... [Lire la suite]
22 novembre 2018

L'ENIGME DE L'ART

Sur un livre de Yvon Quiniou   Un livre récent d’Yvon Quiniou[1], aussi rigoureux que subtil, et appuyé sur une connaissance sans faille des auteurs, est construit autour de cette énigme : pourquoi l’art nous paraît-il porteur de vérité (ce qu’assureront, en philosophie, des penseurs comme Bergson et Heidegger), et pourquoi cette vérité se dévoilerait-t-elle à travers le sentiment de la beauté ? C’est d’abord à démonter cette double illusion que s’attache Quiniou, et c’est ce qui fait le côté passionnant de son livre,... [Lire la suite]
Posté par tony-andreani à 19:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 novembre 2018

LE CHANGEMENT CLIMATIQUE IMPOSE LA PLANIFICATION

     En ce début de XX1° siècle, il n’est plus possible de se voiler la face ni de minimiser les périls : l’équilibre écologique de la planète n’est plus très loin du seuil de rupture. Les trois grands dangers sont connus : la pollution, qui perturbe les écosystèmes, y compris la santé et la reproduction humaines, la réduction de la biodiversité, qui réduit notamment les sources de l’alimentation, le changement climatique enfin, qui commence à bouleverser la géographie et les habitats humains. Ces trois... [Lire la suite]
Posté par tony-andreani à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 novembre 2018

LA CHINE FACE A LA CONTRAINTE ECOLOGIQUE

    Les dirigeants chinois pensent dans le temps long. On peut dire d’ailleurs que c’est là une tradition. L’Empire céleste se voyait éternel, et les dynasties chinoises furent plus solides que les royautés occidentales, car le mode de production n’était ni féodal ni absolutiste, mais étatique. Certaines ont duré des siècles. Aujourd’hui la « première phase du socialisme » est dite pouvoir durer 100 ans ou plus, avant de passer à une seconde phase. Le problème est que, désormais, le temps est compté par l’urgence... [Lire la suite]
Posté par tony-andreani à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,